Radio Libertaire (non officiel)

Sciences en liberté

pour déménager la biologie

Dernière émission (10 janvier 2022)

L’ours, un rescapé des âges farouches

Samedi 20 novembre 2021 dans l’après-midi, un chasseur âgé de 70 ans a fait feu à deux reprises sur Caramel. Une ourse a été abattue illégalement dans le massif du Couserans, laissant donc deux oursons orphelins en plein début d’hiver. Pour l’année 2020, ce sont donc trois ourses adultes qui ont été tuées dans les zones dites protégées des Pyrénées. Déjà, la mère de Caramel, Melba, avait été tuée en 1997, et encore le 9 juin 2020 un jeune ours mâle, Gribouille, a été retrouvé tué par balles.

En novembre 2004, le dernier ours pyrénéen, Cannelle, avait trouvé la mort, tuée par un chasseur en Vallée d’Aspe. Le chasseur qui avait abattu l’animal a bénéficié d’un classement sans suite de l’affaire. Il restait alors fin 2004 moins d’une dizaine de mâles dans toutes les Pyrénées et plus aucune femelle. Grâce à des mesures drastiques, la population renforcée compte aujourd’hui environ une soixantaine d’ours. Mais voilà que les réintroductions d’ourses slovènes qui devaient renforcer la population ursine continuent de faire polémique. Il est vrai que, ici, un chasseur a été blessé lors d’une battue aux sangliers. C’est-à-dire que l’ours, qui était prise au piège avec ses oursons dans la nasse des chasseurs, a chargé désespérément. Qui donc était attaqué ? Dans le même temps durant l’année 2020 au moins 23 randonneurs ont été blessés grièvement, et un tué, par des bovins en estive. Pourtant personne n’appelle à éliminer toutes les vaches en liberté dans la montagne. Alors pourquoi l’ours est-il encore considéré comme une bête à abattre ?

L’ours occupe encore de nombreux pays à travers le monde. Russie, U.S.A., Europe du sud et du Nord mais il représente le dernier grand prédateur sauvage de l’hémisphère. Qui est-il ? Si les montreurs d’ours ont disparu, l’animal reste encore l’un des plus fascinants prédateurs en France. Ce n’est cependant pas un chasseur lui-même et il promène sa bonhommie dans les zones les plus reculées de nos montagnes.

Alors, que se passe-t-il ? Faut-il que la montagne soit désertée par les derniers grands prédateurs pour sauver l’élevage et le tourisme ? Comme sur Radio Libertaire nous sommes si proches de ces ours mal léchés, nous allons essayer de comprendre.